Et si on mangeait ... intelligent!

Publié le par Vivre Gagnant

 

 

L’Alimentation Intelligente

 

«Tant qu’à manger, autant manger … intelligent!»

 

 

Introduction

En France, le surpoids affecte maintenant (en 2007) près d’un tiers de la population, ce qui veut dire qu’une personne sur trois peut être qualifiée d’«enveloppée». voire de «grassouillette». Quant aux personnes carrément «grosses» c’est-à-dire obèses, c’est un adulte sur dix et davantage encore (12%) en ce qui concerne les enfants, donc, vraisemblablement, à peu près un lecteur de cet article sur trois.


Aux états-Unis, étant donné qu’ils ont toujours «de l’avance» sur nous, c’est – bien évidemment – bien pire: 60 % des adultes souffrent – comme l’on dit - de «surcharges pondérales»


Disons-le tout net: Même s’il n’y a pas d’inconvénient à en manger si l’on est d’un poids normal en regard de sa taille, l’alimentation intelligente (A. I.) s’adresse essentiellement à ceux qui ont un problème de poids. Et donc de graisses en excès. Du fait qu’elle est «intelligente» elle s’adresse, du reste, autant aux trop maigres qu’aux trop gros, car son action est, avant tout, régularisante du métabolisme des graisses.


Naturellement, c’est principalement – et de loin – les personnes souffrant de «surcharges pondérales» qui y feront – et avec raison – le plus, appel.


Constat de base:


• En France, 30% des adultes sont en surpoids.

• 10 % des adultes et 12 % des enfants sont obèses.

Le développement du surpoids est très rapide depuis 20 ans

     - + 50 % en France

    - + 80 % aux USA


Ce qui a changé:


• Notre alimentation a plus changé en 50 ans qu’en 5 siècles.

- La quantité de pain consommée a été divisée par 2.

- La quantité de viande absorbée a été multipliée par 2.

- La quantité de boissons sucrées ingérées a été multipliée par  6.

• L’activité physique a globalement beaucoup baissé, ce qui, forcément, est préjudiciable à la santé, car le mouvement entretient la santé.

• La structure des repas a, elle aussi, été bouleversée.

• Le “snacking” et le «grignotage» (biscuits apéritifs, confiserie) ont été institutionnalisés, avec les repas-sandwichs et le célèbre « fast food » devenu synonyme de « malbouffe »…

• Le stress a, lui aussi, beaucoup augmenté.

72% des Français sont stressés, ce qui, sans même parler de leur âme, n’arrange rien à l’état de leur corps

Alors que faire contre le surpoids et l’obésité ? Même s’il s’est grandement intensifié Ce n’est pas d’hier que le problème se pose


Les possibles approches pour tenter de combattre le surpoids et l’obésité:


APPROCHE 1


MANGER MOINS


C’est la méthode «toute bête» à laquelle tout un chacun pense en premier. Cela peut, bien sûr, être déjà relativement efficace.

Toutefois, les possibles inconvénients sont:

• Risque de dénutrition

• Risque de fatigue accrue

• Possible perte de masse musculaire

Et l’interdiction des coupe-faim est difficile à respecter…


APPROCHE 2


MANGER ALLÉGÉ


C’est incontestablement mieux que de manger gras. À condition, bien sûr, de ne pas manger des plats gorgés d’additifs chimiques.

Toutefois, il y a, là aussi, des inconvénients:

• Manger allégé retire de la nourriture certains acides gras essentiels.

• La qualité des produits n’est pas toujours au rendez-vous ; certains contiennent des adjuvants alimentaires chimiques nuisibles à la santé.

• Manger allégé contribue à cultiver l’obsession de la calorie excédentaire.

• Manger allégé ne donne pas de résultats tangibles à grande échelle.

• Les possibles  résultats à attendre sont, tout au plus, la stabilisation du poids, rarement un réel et durable amaigrissement.


APPROCHE 3


LES SUBSTITUTS HYPERPROTéINéS


Il faut bien distinguer les menus hyperprotéinés et les substituts de repas., ce qui n’est pas exactement la même chose.

Toutefois:

• Le risque existe de carences de vitamines et de minéraux.

• L’utilisation doit être faite sous contrôle médical.

• Le fait de ne pas recevoir suffisamment de calories peut engendrer de la frustration.

• Un «effet yo-yo» est souvent observé: La graisse «perdue» est rapidement «regagnée», et, comme les Danaïdes condamnées à constamment re-remplir leur tonneau, il faut sans cesse recommencer

 

 

Le poids: comment ça marche?


Il faut, tout d’abord, bien comprendre comment fonctionne le corps et, bien évidemment, tenir compte de ce fonctionnement.


La notion fondamentale pour la réduction du surpoids et donc de la masse graisseuse en excédent c’est la prise en compte de la cellule régulatrice du poids. Là réside l'élément clef de la réussite d'un régime alimentaire destiné à redonner à une personne obèse ou «trop grosse» son poids et son volume normaux. Cette cellule régulatrice de la quantité de graisses présentes dans le corps humain s’appelle l’adipocyte.


L’adipocyte stocke ou déstocke les graisses.


• Dans l’organisme il y a pas moins de 15 milliards d’adipocytes, un nombre qui se stabilise à partir de l’âge de 15 ans.


• Les adipocytes, pour un adulte moyen, représentent un poids de 20 kg.


• Un léger déséquilibre de l’adipocyte entraîne rapidement un important surpoids.


Une alimentation intelligente a un effet régulateur durable sur les adipocytes.


Problématique des édulcorants


L’aspartame est un véritable poison. Cela a suffisamment été démontré sans qu’il soit ici besoin de s’appesantir là-dessus. Les produits en contenant sont donc totalement à proscrire.

 

Quels résultats la personne en surpoids peut-elle espérer en ayant une alimentation bien conçue?

 

La moyenne de perte de poids pour une personne est de 5,38 kg en 28 jours.


Gain au niveau de la taille: 6,6 cm en moins de tour de taille


Gain au niveau des hanches : 6,6cm en moins de tour de hanches


 

 

Au bout de 3 mois d'une alimentation judicieuse la stabilisation du poids est confirmée ou même la continuation dans la perte de poids.


 

Ce qu’il faut en retenir 

 

Le suivi est important. Le candidat à l’amaigrissement est invité à rester en relation avec son conseiller ou sa conseillère.


La consommation d’une alimentation judicieuse doit être accompagnée de règles diététiques rigoureuses.

.

Publié dans Santé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article